Vous êtes médecin, psychologue, psychothérapeute, travailleur social, sexologue, ergothérapeute, infirmière ou infirmier, conseiller conjugal...?

Le monde a changé. Le monde change et change encore très vite. Les enfants et les adolescents sont aux prises avec des défis que nous n’avons pas nécessairement connus, ne serait-ce qu’à cause du nombre de situations instables qu’ils vivent au sein des familles ou de leur école.

En décembre 2018, l’Institut des statistiques du Québec nous informait que 23% des jeunes de moins de 18 ans avaient reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention, avec ou sans hyperactivité, alors que 17% étaient affectés par de l’anxiété généralisée. Ainsi, 40% des écoliers et étudiants sont bousculés par de larges défis. 

Par ailleurs, on recensait plus de 15% des élèves de 5e année primaire sous médication psychostimulante en 2019, alors que l’usage d’antidépresseurs et antipsychotique est de plus en plus répandu pour les élèves du secondaire et les étudiants au Cégep ou à l’université. 

Même les enfants et les ados vivant dans des familles sereines sont – parfois – bousculés par les comportements de leurs pairs et, comme parents, nous cherchons à les soutenir dans les épreuves de la vie…

Et les choses se sont compliquées pour plusieurs avec les conséquences indésirables de la crise sanitaire sur leur rythme et leur motivation scolaires.

Il est donc nécessaires de les aider à développer leurs ressources affectives pour qu’ils déploient leur potentiel relationnel, familial, scolaire et professionnel… 

Des formations-en-ligne sur le développement affectif des êtres humains, de la période de gestation à la fin de vie

Pour donner la bonne direction thérapeutique, il est nécessaire d’identifier la source de leurs défis relationnels, sociaux ou cognitifs. Oui, une part de leurs réactions s’expliquent par leur héritage génétique. Toutefois, il est essentiel d’aborder leur histoire singulière, leurs biais cognitifs et les contextes de vie problématique, alors que la thérapie se doit de les aider à augmenter leurs capacités de mentalisation pour être en mesure d’utiliser des actions constructrices pour répondre à un défi momentané ou chronique. 

Pour ce faire, la compréhension des étapes de maturations cérébrales, du développement des habiletés et des capacités relationnelles et sociales, ainsi que des lois biologiques qui se mettent en place lorsque la personne est confrontée à un trop large défi pour elle, la thérapie peut alors s’appuyer sur toutes les nuances connues du fonctionnement du cerveau humain.

Alors, comment identifier la direction thérapeutique idéale et quelles stratégies thérapeutiques sont à prioriser, afin de les aider de manière à ce qu’ils développent leurs habiletés humaines, s’impliquent de manière responsable et déploient tout leur potentiel dans leur vie de famille, à l’école ou au travail?

Adaptées à vos besoins et votre disponibilité, nos formations aident les professionnels du milieu de la santé à comprendre les différentes fonctions du cerveau, leurs interactions parfois complexes en lien avec le développement affectif, à observer les enfants, les ados et même les adultes de manière à décoder le sens des comportements dérangeants pour ajuster les interventions thérapeutiques aux réels besoins !

En plus des formations (accessibles au moins 3 ans après l’inscription), nous animons des forums d’entraide, des facebook-live, des blogues, etc. 

Des formations adaptées aux besoins des institutions

Nos outils sont là pour vous aider à développer des repères pour mieux comprendre les comportements de vos patients, ainsi que pour les accompagner de manière bienveillante, cohérente et soutenante dans les moments plus difficiles grâce aux connaissances acquises sur le cerveau et la psychologie positive.

Si vous êtes responsable d’une équipe de professionnels de la santé ou d’une institution clinique, utilisez nos formations en ligne pour améliorer les bonnes pratiques cliniques et la cohérence des stratégies de l’équipe d’interventions auprès des jeunes et des moins jeunes.

Mise en garde à la demande de l’Ordre des psychologues du Québec

L’Ordre a demandé à tous les formateurs dans le domaine psychologique et santé mentale de préciser les limites déterminées parla législation québécoise, alors que de plus en plus de pays légifèrent la pratique psychothérapeutique.

En effet, les formations en ligne se multiplient et le comité en charge de vérifier si un intervenant fait ou ne fait pas de psychothérapie a récemment demandé que tous les formateurs avertissent les participants à leurs activités.

Si vous êtes un professionnel de la santé, nos formations pourront vous aider à comprendre et discerner les défis de vos patients et, ainsi, vous soutenir dans votre travail. Votre compréhension des fonctions du cerveau et votre perception des défis psychologiques vous permettra de mieux orienter vos interventions thérapeutiques.

Toutefois, certaines connaissances permettent de poser un jugement clinique, sans pour autant avoir le droit légal au Québec d’évaluer formellement un trouble mental (acte réservé aux psychologues et quelques intervenants disposant d’un permis spécifique) ou de déterminer un diagnostic psychiatrique (acte réservé aux médecins). Il faut toutefois préciser qu’une évaluation d’un trouble mental n’est pas un diagnostic. En février 2020, la ministre de la Santé et des Services sociaux l’a formellement reprécisé aux ordres professionnels impliqués. 

De la même manière, certaines stratégies d’intervention peuvent s’apparenter ou peuvent être considérées comme de la psychothérapie (acte réservé aux détenteurs d’un permis de psychothérapeute délivré par le Collège des médecins ou l’Ordre des psychologues).

Pour vous assurer que votre pratique respecte la loi sur la psychothérapie si vous exercez votre profession au Québec, veuillez consulter le site de l’Ordre des psychologues du Québec. Pierre Desjardins a également présenté une conférence pour clarifier les actes autorisés ou interdits (accéder à la rediffusion de sa conférence).

En 2018, un comité inter-ordre a rédigé un guide pour mieux discerner les actes réservés et les interventions thérapeutiques permises sans détenir de permis.