Comment vous aider à relever les défis pour construire une vie de famille ou un expérience de travail plus heureuse?

Les enfants, les adolescents et les adultes ont chacun leurs couleurs. Ils ont leurs goûts, leurs objectifs, leurs espoirs et leurs déceptions. Ils réagissent tantôt avec intensité, tantôt avec douceur. Parfois, ils se ressemblent. Parfois, ils se singularisent. Même s’ils ont des caractéristiques à la fois communes et particulières, ils sont tous en quête de bonheur…

Le réflexe que nous avons tous, c’est de rechercher et d’appliquer des « recettes » pour s’assurer de répondre efficacement à un défi qui se présente occasionnellement ou régulièrement. Le problème, c’est que les « psycho-trucs » marchent rarement. Et cela crée alors une grande détresse, tant chez la personne en action que la personne en attente d’une réponse.

Alors, comment développer de meilleures ressources pour comprendre et pour intervenir plus efficacement?

Deux pièges à éviter dans nos interventions auprès d’autrui

Premier piège: éviter d’intervenir quand l’autre n’est pas disponible

D’abord…

Imaginez que votre conjoint(e) achète un livre présentant les « 1001 caresses pour amener votre partenaire de vie au 7e ciel! » 

Après l’avoir lu page à page, est-ce que cela va marcher pour vous?

Peut-être que oui, mais probablement que non.

Du moins, cela n’aura un certain succès que si vous êtes affectivement disponible pour recevoir cette délicate attention et que la personne qui vous l’offre assure une belle présence pendant qu’il offre le massage. Si elle est envahie par plein d’émotions, le toucher sera désagréable, et ce, même si la technique est parfaitement réalisée…

Il en est de même pour l’intervention, que ce soit un parent ou un intervenant auprès d’un enfant ou un ado. Mais, c’est aussi la même chose auprès d’un adulte. Si la personne n’est pas disponible émotionnellement ou même cognitivement, la technique – aussi bonne soit-elle – ne marchera pas ou ses effets s’estomperont très rapidement.

Conséquence: tout le monde se décourage. Et c’est une des raisons pour lesquelles tellement de jeunes et de moins jeunes se retrouvent avec un diagnostic psychiatrique et des médicaments pour normaliser chimiquement ses comportements.

Deuxième piège: éviter le « mode solutions » dans nos interventions

Une des plus fréquentes situations qui blessent les conjointes dans un couple, c’est que leur homme ne les écoute pas quand elles leur partagent leurs défis et leurs émotions… 

Vrai?

Comme chasseur-cueilleur, les hommes sont facilement en « mode-solutions » alors que les femmes ont besoin d’être écoutées et rassurées dans le lien avec leur partenaire…

Cela part d’une bonne intention: il veut vraiment bien faire. Toutefois, ce n’est pas ce dont elle a besoin: elle a juste besoin d’être accueillie… et la solution viendra ou elle le demandera quand elle sera prête!

Alors, pourquoi sommes nous si souvent en « mode-solutions » quand nos jeunes rencontrent des défis à la maison ou à l’école?

Pourquoi sommes-nous à la recherche d’une technique parfaite, du truc infaillible, alors que l’enfant ou l’ado a juste besoin d’être compris? Juste besoin de recevoir une délicate attention?

Toutefois, transformer nos interventions familiales, éducatives ou thérapeutiques, demande deux choses: mieux comprendre l’autre et mieux se comprendre soi-même…

Notre force: vous aidez à développez vos ressources!

Qu’on le veuille ou non, les interventions conviennent à certains, mais pas toujours à tous. Et même si elles conviennent, le succès n’est pas garanti. Les échecs de nombreuses actions, c’est qu’elles ne tiennent pas toujours compte de la dynamique et du sens du comportement du jeune ou du moins jeune.

Par ailleurs, il est rare qu’on nous ait appris à tenir compte de notre propre logique d’intervention. Conséquemment, cela mène à de nombreux rapports de force, surtout avec les personnes que nous aimons le plus.

L’expérience humaine, de l’enfance à la vieillesse, est influencée par de nombreux éléments parfois soutenants, parfois perturbateurs de la vie affective. La vie d’aujourd’hui est souvent très anxiogène et elle déclenche des maladresses, des comportements dérangeants et des mécanismes de défense.

C’est ainsi qu’une approche globale est souvent préférable à l’usage strict d’une technique formalisée en laboratoire. En fait, l’art de l’intervenant repose donc sur sa capacité à adapter ses ressources théoriques à la réalité de la personne qui est accompagnée.

Cinq options pour construire votre vidéothèque personnalisée

Notre plateforme a été mise en ligne en 2015. Avec l’expérience, nous proposons désormais cinq options pour vous accompagner en ligne:

  1. des formations exclusives gratuites,
  2. des formations en ligne à des prix pour tous les budgets,
  3. des programmes de formation en ligne,
  4. des sessions de programme en ligne,
  5. des formations adaptées aux besoins des institutions.

Rejoignez les groupes de support sur facebook!

Nous avons créé deux communautés d’entre-aide. Elles visent à offrir du support aux parents et aux grands-parents, ainsi qu’aux enseignant(e)s et intervenant(e)s du monde de l’enfance. L’accès est gratuit et vous pouvez y inviter tou(te)s vos ami(e)s:

     => IDEF – Soutenir la vie de famille (devenir membre);

     => IDEF – Psychopédagogie et neuroéducation (devenir membre).

De plus, des facebook-live animés sont organisés sur les pages professionnelles des formateurs:

     => Joël Monzée, docteur en neurosciences (accéder à sa page professionnelle).

     => Caroline Quarré, intervenant psychosociale (accéder à sa page professionnelle).